Un renard à mains nues

By Emmanuelle Pagano

Les personnages de ces nouvelles ne se trouvent pas au milieu du récit, ils restent dans les marges, ils se tiennent au bord de leurs vies, de leur maison, de leur will pay, ils marchent au bord des routes, à côté de leur mémoire, à l. a. lisière de l'ordinaire et de l. a. raison, comme il leur arrive de faire du cease : au cas où on s'arrêterait pour les prendre. Je les ai pris dans mon livre.

Show description

Quick preview of Un renard à mains nues PDF

Show sample text content

Il faudrait que je vous raconte une autre histoire pour que vous compreniez mais, pour faire vite, parce que vous êtes peut-être dans ce livre comme mes voisins immédiats sur l. a. course, pressés d’en finir, avec los angeles peur de vous ennuyer, alors pour faire vite, et aussi parce qu’à strength de dire que je veux faire vite je vais vous ralentir, voilà, j’y viens, pour faire plus vite je vais vous résumer l’histoire. L’an dernier, j’avais pris en cease et en pleine chaleur un drôle de variety qui m’avait saoulée avec une légende familiale farfelue, dont il avait ecu l’idée à strength de lorgner des tableaux du XIXe siècle, et, spécialement, des tableaux de Caillebotte.

Son histoire ne dépasse pas les limites du territoire, ce can pay de montagne où elle disparaît, ne finit pas, jamais. Dans ce can pay, pour passer d’une ville à l’autre, il faut prendre des routes qui franchissent les cols. Les villes sont dans les vallées, les routes plongent et remontent, sans cesser de contourner le vertical. Elles sont larges et souples, les tournants ne font peur à personne. On y va assez vite, on y est confiant. Je prenais los angeles départementale pour aller travailler. Et pour en revenir, bien sûr, mais ce n’est jamais tout à fait pareil, les choses, dans l’autre sens.

Tant d’épaisseurs dans mes pensées, que j’ai presque yeté sur lui. los angeles roue arrière de son vélo, bizarrement tordue et dressée, attrapait une lumière dans les gris, les rayons brillaient et je crois que ce sont ces menus éclairs qui m’ont arrêté. Il n’y avait pas plus de bruit qu’auparavant, peut-être une texture de silence différente. Le silence ce n’est jamais le silence, elle me disait souvent ça, le silence c’est plutôt un fond adouci de sons minimaux. Elle prenait cet arrière-plan des sons pour le bruit du temps.

Il a suivi los angeles nouvelle direction. Puis une autre, et une autre. Une autre encore. Il cherche son tournant, son second, son attente. Nous l’avons croisé plusieurs fois, au bord de routes différentes, jamais arrêté, jamais adossé à l. a. glissière de sécurité, jamais assis, jamais motionless. Lui qui n’était jamais déplié, toujours cassé, en virgule dans son tournant, repairé à son heure, il ne se plie plus maintenant. Il ne se courbe plus. Il n’attend plus, il ne connaît plus l’heure. Il marche sans pause au bord des routes de notre montagne, et depuis quelques semaines déjà nous l’avons perdu de vue.

J’ai compris qu’il me suffisait de lire, lire et lire encore des livres de los angeles bibliothèque pour les trouver, ces preuves, cachées dans les pages, en lisant autrement, en lisant en quête d’indices minuscules, comme quand on cherche Charlie. Dans le caddie où je cost tous mes livres empruntés, je savais que désormais j’emportais aussi des lines de vie. Des strains des lectures des autres et, avec elles, des restes de leur vie, leur vie au second de cette lecture, leur vie juste avant. Je ne lis plus seulement los angeles vie des personnages des livres, je lis aussi los angeles vie des lecteurs de leurs drames.

Download PDF sample

Rated 4.00 of 5 – based on 8 votes