Un candide à sa fenêtre. Dégagements II

By Régis Debray

Je ne prise guère l. a. littérature d’idées. Ses angles droits sont trop fastidieusement masculins et sûrs d’eux pour capter l’émotion, le tremblement, l’inattendu du réel. Pourquoi récidiver ? Parce qu’on résiste moins, avec l’âge, aux impulsions du farfelu, jusqu’à se permettre quelques divagations sur les dieux et les hommes, le beau et le moche, le mort et le vif, et même sur l’avenir de l’humanité. Sans dramatiser : les échappées qui suivent sont à un essai ce qu’une flânerie est à un défilé, ou des songeries sont à un traité de morale. Elles demandent seulement au lecteur un peu d’indulgence pour ce qu’elles peuvent avoir de mélancolique, de cocasse ou d’injuste. R. D.

Show description

Quick preview of Un candide à sa fenêtre. Dégagements II PDF

Show sample text content

J’avais oublié que ce qui distingue l’homme de l’animal, c’est son dependancy à l’inutile, l’excessif et le superflu. Il n’y a que les bêtes qui se conduisent rationnellement, au plus juste. Elles peuvent s’amuser un second, mordiller au lieu de mordre, mais pas au element de se suicider pour gonfler le biceps devant le congénère, dans une folle compétition entre tanières (regarde, je suis plus beau et plus grand que toi). Il est maints companies inutiles auxquels on peut trouver quelque avantage. Un opéra, citadel dispendieux, procure du plaisir à un public étroit mais solvable, et l’art lyrique fait vivre plus d’un corps de métier.

Un délire ? Mais c’est toute l’époque qui délirait, lui il s’est content materialé de transcrire, de dire les choses à cru. Plus haut et plus castle, c’est tout. C’est los angeles conversion à los angeles poésie qu’il faut retenir, à � la fonction toujours risquée de l’écriture », ajoute Sollers. Et quels risques, n’est-ce pas ! Passons également sur le comique cercle vicieux des � mutins de Panurge ». Le panégyrique du dissident qui a osé rompre avec l’establishment, lequel ne jure lui-même, et très officiellement, tous médias à l’appui, que par l. a. dissidence, fait toujours sourire.

Strength de se croire utile, contre toute évidence, il prend los angeles clé des champs et va au-devant des grands courants d’air. Quelles que furent les déconvenues, on s’est entraîné, quoiqu’un peu tard, à voir le monde tel qu’il est, et non tel qu’on souhaiterait qu’il soit, et surtout à embrasser les deux côtés des choses. Seul inconvénient : ce peu de clairvoyance chèrement acquise condamne à une certaine solitude, voire à los angeles réprobation générale, et à passer pour un lunatique aux yeux des dingos qui mènent le bal comme par-devant.

L. a. chanson aussi. Les plaintes d’Ariane et les Éléments d’Euclide ont ceci de commun qu’ils tiennent l. a. direction, sans twist of fate striking. Je crains que les métaphysiciens qui le prennent de haut avec les tâcherons du savoir et les romances du cœur ne tombent assez vite dans le fossé. Tel dédaigne aujourd’hui les pleurnichards et les géomètres qui sera demain justement dédaigné. Le grand recadreur Un romancier a-t-il le droit de retoucher un témoignage historique dans une œuvre de fiction ? Roosevelt reluquait-il les jambes de sa secrétaire pendant que l’émissaire polonais lui décrivait le ghetto de Varsovie ?

Des Folies-Bergère au suprême sanctuaire ? De l. a. ceinture de bananes à l. a. couronne de lauriers ? Profanation ! Le entrance nationwide accusera. Le burgrave gémira. l. a. vertu hoquettera. Si le kitsch est un mensonge embellissant, rien ne sera plus conforme à l. a. vérité, moins hypocrite et narcissique que de hisser cette Américaine nationalisée en 1937, libertaire et gaulliste, Croix de guerre et médaille de los angeles Résistance, au cœur de los angeles country. L’icône sera, pour une fois, à hauteur d’homme. L’époque n’est pas au sacrifice sanglant ?

Download PDF sample

Rated 4.34 of 5 – based on 3 votes