La Vie, les amours et les aventures de Diogène le cynique surnommé le Socrate fou

By Christoph Martin Wieland

On croyait tout savoir de Diogène le Cynique, c'est-à-dire, presque rien. Hormis les paraphrases de son homonyme Laerce, de Claudius Elienus et de quelques autres. Mais voici qu'un livre vient troubler le jeu. Découvert en 1770 par le grand Christophe Martin Wieland, l'auteur d'Obéron, le Voltaire allemand selon Mme de Staël, dans l. a. bibliothèque d'une abbaye de l'ordre de saint *** et étrangement passé sous silence jusqu'à ce jour par les divers commentateurs et hagiographes de notre philosophe.

C'est que sans doute le mystère lui sied. Les éditions Manucius ont cru devoir porter à l. a. connaissance de l'honnête homme un texte, de l. a. major même de Diogène selon Wieland, (écrit à l. a. craie sur les parois intérieures de son tonneau) qui apporte un éclairage nouveau et décisif sur le Maître de los angeles pensée cynique. Ainsi que quelques inéluctables réparties qui viennent magistralement compléter celles que nous a léguées l. a. tradition.

Diogène visitant Platon aurait dit, après avoir traversé grand nombre d'appartements somptueusement décorés, frappant du pied sur un superbe tapis qui couvrait le plancher : "Je foule aux pieds l'orgueil de Platon ! "Et moi, reprit Platon, j'aperçois l'orgueil de Diogène à travers des trous de son habit"...

Show description

Quick preview of La Vie, les amours et les aventures de Diogène le cynique surnommé le Socrate fou PDF

Show sample text content

Lamon répondit avec l. a. frayeur d’un honnête homme qui voit son style entre les mains de ses ennemis, et qui sait que son arrêt est prononcé avant même qu’il ait parlé ; il parla peu. � Laisse-moi te défendre », lui dis-je : et je commençai. Ils voulurent faire du bruit ; mais ma poitrine vint à mon secours ; ma voix surmonta leurs cris, et je continuai mon discours. Je parlai avec l’éloquence que m’inspira le memento qui m’était leisureé de los angeles belle femme et de ses deux aimables enfants. Je séduisis les juges par l’éloge que je fis de leur piété et de leur humanité, de leur impartialité, de leur haine pour l’oppression.

L’affaire est ordinairement de si peu d’importance qu’avec un peu de endurance d’une half, et un léger retour sur soi-même, de l’autre, elle peut être aisément pacifiée : en cas de besoin, on prendra deux voisins pour arbitres, et l’on s’en rapportera à leur décision. Chez un peuple aussi doux que le mien des voies de fait ne sont pas à craindre. Au demeurant, je ne doute nullement que le sentiment de l’intérêt général n’armât, au foremost appel, autant de bras qu’il en faudrait pour protéger l’opprimé.

Pas un iota de plus ! VI Croyez-moi, Clinias, Chéreas, Demarque, Sardanapale, midas, Crésus, and so forth. , and so on. , ce n’est ni par envie, ni par désespoir que je ne chercherai jamais à vous ressembler, ni par cet orgueil qui a l’air de mépriser ce qu’il ne peut avoir. Je me suis bien examiné ; c’est d’après une conviction intime qu’il m’est very unlikely de conseiller à mes amis de courir après une félicité semblable à los angeles vôtre. Vos palais sont vastes et commodes ; ils sont ornés par les plus beaux chefs-d’œuvre de l’art, tout y invite à los angeles volupté : vos jardins ressemblent à ceux d’Alcinoüs, ou des Hespérides ; vos salons à celui où les dieux d’Homère s’enivrent de nectar ; vos jeunes garçons sont beaux comme Ganimède ; l. a. déesse de l’amour n’a pas de compagnes plus belles que vos esclaves ; votre vie est un ceremonial dinner continuel, animé par les jeux, l. a. danse et los angeles musique : pour vous il n’est aspect de beauté sévère, de Danaë inaccessible : vous n’êtes arrêtés ni par des grilles, ni par des murs, ni par des dragons vigilants ; votre or surmonte tous les stumbling blocks.

Tout était âme et grâces dans cette aimable femme. Madame, lui dis-je, je ferai l’impossible : que n’entreprendrait-on pas pour vous ? Il faut que j’aille en ce second chez Clinias ; il donne un festin ; mais je m’en arracherai avant minuit : revenez à cette heure ; mon valet de chambre vous introduira dans mon cupboard et nous y aviserons aux moyens d’être utile à votre mari : le plus sûr dépendra de vous. T’imaginerais-tu Diogène ce que healthy los angeles folle ? Elle se releva avec une colère qui los angeles rendit cent fois plus belle encore, au second où j’allais l’embrasser, avant même que j’eusse fini de parler, et un regard plein de mépris fut toute sa réponse.

C’est à cette frugalité que je dois ma strength et ma santé. Souvent, par compassion, ou bien pour prendre de l’exercice, j’arrache le moulin des mains d’un malheureux esclave et je me mets à moudre à sa position. � Singulier homme, s’écria Bacchidès ! � Tu ne saurais croire, Bacchidès, combien il est vital que l’instrument sur lequel doit jouer notre âme soit bien d’accord. Sain de corps et d’esprit, l. a. tête saine, à quelques folies près, dont, au demeurant, je ne me trouve pas plus mal, libre de soins, de passions, de liens pesants, remark ne serais-je pas heureux ?

Download PDF sample

Rated 4.15 of 5 – based on 30 votes