Essai de critique indirecte: Le mystère laïc - des Beaux-Arts considérés comme un assassinat

By Jean Cocteau, Bernard Grasset

On s'en doute, quand Jean Cocteau se livre à un Essai de critique indirecte (1932), c'est encore, et toujours, pour célébrer des victoires de l'art, les ressources de los angeles poésie et les aligner dans un écrin de notes, d'aphorismes et d'anathèmes étourdissants. Le peintre italien De Chirico, qui " emploie le trompe-l'oeil comme un criminel rassure sa victime ", lui sert de mise à feu et de fil rouge.

Ce fil pendule bientôt du côté de Picasso et de Mirô... Cocteau ouvre ainsi une réflexion sur le sens de l'oeuvre, de l. a. figuration, du symbole. Il l'éclairé par des références à Stendhal ou Stravinski. Ce qui arrête et fascine ici, c'est los angeles grâce avec laquelle l'auteur de Thomas l'imposteur glisse d'un peintre à l'autre (Braque, Matisse), d'un écrivain à l'autre (Baudelaire, Nietzsche), d'un musicien à l'autre (Wagner, Beethoven). Cet Essai de critique indirecte tient du fourreau et de l. a. palette. Il tire l'épée et le pinceau. Il pointe profondément (" l. a. mort est morte, tuée par le plaisir ") ; il brosse légèrement (" l'élégance consiste à ne pas étonner "). Ecrit d'une " encre à cerner les fantômes ", il éblouit toujours.

Cocteau multiplie les diversifications sur les analogies, les calembours, l'art comme maniaquerie, le " beau neuf ", le rêve, los angeles vitesse, l'architecture grecque. Le poète apparaît ici dans toute sa splendeur, sûr de ses pouvoirs et de ses édits. " II y a les poètes et les grandes personnes. " Cocteau, cet éternel enfant, s'amuse : " Je suis un empêcheur de danser en rond. " II zigzague génialement, narguant une époque " cabrée contre l'individu ".

Show description

Quick preview of Essai de critique indirecte: Le mystère laïc - des Beaux-Arts considérés comme un assassinat PDF

Show sample text content

Le lendemain, je raconte mon rêve à Radiguet et je suggest de partir pour Harrow. Il aimait les choses absurdes et il me croyait. Nous partons. Nous avions calculé sans le swap. Nous arrivâmes à Londres les poches vides. A los angeles gare Victoria, je me trouve face à face avec Reginald Bridgeman, un de mes amis qui habite los angeles campagne anglaise et que je n'avais pas avisé de mon voyage. Il nous emmène et nous loge. Je lui raconte mon rêve et lui demande où se trouve Harrow. C'est, me dit-il, l. a. première station après los angeles mienne; nous irons demain.

Celles, par exemple, qui nous apportent les cloches de Londres. Cette lenteur est prise par les infirmes que nous sommes, pour l'instantanéité. Pas même une demi-seconde d'intervalle : Westminster sonne à Londres chez nous. Pourtant, vous imaginez les lenteurs de l. a. vitesse, de celle que nous avons coutume d'appeler vitesse, de nos vitesses de tous les jours. Et voilà un mystery de cet air cocasse des poses de l. a. vitesse morte de mort subite : elle est le ralenti de l'instantanéité. Au reste, il suffit d'être victime d'un coincidence pour se rendre compte.

Une grande voix de capitaine dominait les autres : � Venez, venez vite ! � - � Mon sceptre ! � - � Alors, allez le prendre, dépêchez-vous ! �, et déjà, l'avalanche remontait au ciel avec le moutonnement architectural qui couronne l'explosion d'une poudrière. On n'aurait pas pu compter jusqu'à cinq entre ce désastre de vieilles cabines, de planches, de détritus, d'oripeaux, et los angeles minute, après l'ordre d'Agamemnon, où l'archéologue s'était trouvé seul en face des Atrides, debout, immenses, ironiques, masqués d'or.

Le mensonge est los angeles seule forme d'art que le public approuve et préfère instinctivement à l. a. réalité. Je connais des mensonges, véritables chefs-d'œuvre du style, contre lesquels los angeles vérité ne positioned prévaloir, et qui durent toujours. *** Si l'on me demande : � Qu'avez-vous mangé ? � et que je me trompe dans ma réponse, je rectifierai le lendemain, dût-on me trouver fou, parce que je crois que l'exactitude, même dans le menu, est los angeles base de toute grandeur. Travail de movie, travail d'aveugle; on crève de fatigue, on essaie de ne pas mourir, d'empêcher que l'entreprise ne s'écroule, voilà tout.

Sommeil, mort, haltes! Au reste, los angeles grande beauté stability toujours entre los angeles vie et l. a. mort. Figures tombales, dormeurs, nous attirent même lorsque l. a. fatigue nous accable dans les musées. Il est arrivé que me parlait, en Chirico, le mélange des views italiennes et du miracle grec, lorsque rien ne me parlait plus. *** Les imaginations de Chirico se présentent de face. Elles nous suivent partout comme ces pictures dont le regard est ingénieusement peint au milieu. Il est à remarquer, dans l. a. littérature, que Stendhal, entre autres, traite ainsi ses personnages.

Download PDF sample

Rated 4.60 of 5 – based on 46 votes