Entre littérature et cinéma: Les affinités électives

By Jean Cléder

Entre littérature et cinéma, les kin ont souvent été envisagées à travers le prisme de l’adaptation des textes littéraires, dont l. a. pratique a alimenté des débats – parfois très vifs. Mais les rapports entre les deux arts ne se limitent pas à cette problématique, dont on peut penser au contraire qu’elle a longtemps fait écran à d’autres échanges.

Sans négliger cette query, on essaiera donc ici de déséquilibrer les confrontations bipolaires traditionnelles afin d’examiner remark, dans l’intervalle entre littérature et cinéma, des transactions se négocient, et dans les deux sens, pour des enjeux qui n’appartiennent proprement ni au cinéma ni à l. a. littérature. C’est dans cette interplay que se reformulent aujourd’hui les enjeux de l. a. représentation cinématographique et littéraire.

En effet, sur le plan des langages comme du récit, de l’image ou de l’Histoire, des affinités électives déterminent un régime de déstabilisation réciproque extrêmement fécond pour chacun des deux arts.

Jean Cléder est maître de conférences en littérature comparée (Université Rennes 2). Il a publié de nombreux articles sur les kinfolk entre littérature et cinéma, et des ouvrages collectifs consacrés à Marcel Proust, Marguerite Duras, Éric Rohmer, Patrice Chéreau, Benoit Jacquot.

Show description

Quick preview of Entre littérature et cinéma: Les affinités électives PDF

Show sample text content

On comprend que du choix de l. a. bonne métaphore dépend l’intelligibilité de l’entreprise d’écriture, qui cherche désormais à rendre sensibles, puis à prendre en cost et à mettre en œuvre des réalités insaisissables avant certaines thoughts ideas ; telles par exemple les conceptions fugitives du réveil au début de los angeles Recherche : « Ces évocations tournoyantes et confuses ne duraient que quelques secondes ; souvent, ma brève incertitude du lieu où je me trouvais ne distinguait pas mieux les unes des autres les diverses suppositions dont elle était faite, que nous n’isolons, en voyant un cheval courir, les positions successives que nous montre le kinétoscope »[28].

L. éditeur, 1996, p. 21-22). Le texte unique de Pierre Reverdy se présente ainsi : « L’image est une création natural de l’esprit. Elle ne peut naître d’une comparaison mais du rapprochement de deux réa lités plus ou moins éloignées. Plus les rapports des deux réalités rapprochées seront lointains et justes, plus l’image sera uniqueness – plus elle air of secrecy de puissance émotive et de réalité poétique. Deux réalités qui n’ont aucun rapport ne peuvent se rapprocher utilement. Il n’y a pas création d’images.

Inutile sans doute d’insister sur le brio et l. a. modernité de cette mise en scène, maintes fois soulignés par l. a. critique, mais signalons certains éléments qui pourraient prétendre exercer quelque impact sur une réalisation cinématographique : d’abord et dans los angeles même unité spatio-temporelle, plusieurs gestes sont accomplis simultanément pour provoquer los angeles rencontre ; d’autre half, à des fins de dramatisation et de suspense, le récit est able de séparer les données auditives et les données visuelles – ainsi l. a. première manifestation du duc de Nemours est-elle sonore (« il se healthy un assez grand bruit vers l. a. porte de l. a. salle, comme de quelqu’un qui entrait et à qui on faisait position »).

Sur le plan des approches opinions, on peut dire que les échanges entre littérature et cinéma ont résisté à los angeles sémiologie – Roland Barthes en convient sans faire de toughé : « le filmique, c’est, dans le movie, ce qui ne peut être décrit, c’est l. a. représentation qui ne peut être représentée. Le filmique begin seulement là où cessent le langage et le métalangage articulé »[17]. Entre littérature et cinéma, il apparaît donc évident que les échanges ne se réduisent pas à los angeles query de l’adaptation ; les issues de rencontre se multiplient en se dispersant, pour se redisposer dans une configuration sans doute difficile à cerner, parce qu’elle prend position à l’intersection des pratiques académiques ou institutionnelles, mais sans doute aussi intéressante à questionner : c’est bien entre littérature et cinéma, dans l’intervalle qui sépare et réunit les deux espaces hétérogènes, que s’accomplissent certaines virtualités du cinéma comme de l. a. littérature qui n’appartiennent en propre ni à l’un ni à l’autre.

Un peu plus loin, ce sont les falsifications de los angeles mise en intrigue qui seront dénoncées : « Voici ce que j’ai pensé : pour que l’événement le plus banal devienne une aventure, il faut et il suffit qu’on se mette à le raconter. » (Ibid. , p. sixty one) Parmi les balises importantes sur los angeles voie de l. a. mise en doute de l. a. fiction, il faudrait mentionner aussi l. a. remarque de Paul Valéry concernant « l’arbitraire » des « romans » (Cahiers [1913], tome II Paris, « Bibliothèque de l. a. Pléiade », 1974, p. 1162) et le circuit des commentaires que cette remarque a suscités (à partir du top-rated Manifeste du Surréalisme d’André Breton jusqu’à Gérard Genette en passant par Nathalie Sarraute).

Download PDF sample

Rated 4.16 of 5 – based on 41 votes